C'est un dimanche parfait pour Lewis Hamilton. Le pilote Mercedes, à domicile, a remporté le Grand Prix de Grande-Bretagne reporté d'une heure (2h26'52"094) après une violente sortie de piste de Kimi Räikkönen (Ferrari) au départ. Surtout, il profite de l'abandon de son coéquipier Nico Rosberg pour revenir à quatre petits points au championnat du monde.


Lewis Hamilton ne s'est jamais affolé. (Reuters)

Imperturbable. Lewis Hamilton était le grand perdant des qualifications, il est au final l’immense, le majuscule gagnant de la course et du week-end. En grappillant déjà deux places dès le départ, il a pu se remettre dans de meilleures dispositions pour aborder le break d’une heure qui allait suivre. En cause, une énorme et curieuse sortie de piste de Kimi Räikkönen, qui vit décidément une année cauchemardesque pour sa deuxième vie chez Ferrari. Le Finlandais a mis des débris partout en percutant notamment Felipe Massa, et les commissaires ont dû remettre d’équerre le rail de sécurité.

Ça a donc pris une heure. Après cet inhabituel délai qui a vu la course repartir à 15h04 précises, heure française, sur la grille et derrière la voiture de sécurité - dans l’ordre du classement au moment du drapeau rouge - Lewis Hamilton n’a attendu que quelques poignées de minutes pour se retrouver juste derrière Nico Rosberg,Sebastian Vettel descendant notamment du deuxième au cinquième rang. Alors que les Mercedes filaient toutes les deux comme des avions pour un nouveau doublé, un événement pour le moins inattendu est arrivé: l’abandon de Nico Rosberg ! Visiblement touché au niveau de sa boîte de vitesses, l’Allemand a laissé son partenaire d’écurie filer vers les 25 points de la victoire.

"Il ne faut jamais abandonner"

Au classement pilotes, l’écart entre les deux n’est plus que de quatre petites unités."Ça montre qu’il ne faut jamais abandonner, réagissait un Lewis Hamilton tout sourire sur le podium. J’avais vraiment besoin de ce résultat. J’étais vraiment choqué que le dernier secteur ait été si rapide lors des qualifications, j’étais déçu d’avoir lâché prise. Mais tout ce public m’a donné beaucoup d’énergie pour ne rien lâcher." Valtteri Bottas gagne lui le prix du panache, avec une remontée fantastique portant sa Williams de la 14e à la deuxième place. Deux semaines après son premier podium en carrière en Autriche, voilà qui modère fortement la déception née de l’abandon prématuré de Massa.

"On a montré à quel point la voiture était rapide, c’est très agréable, se réjouit à son tour le Finlandais sur Canal+. On va dans la bonne direction." Red Bull laisse aussi une image positive, même si Vettel finit donc cinquième alors qu’il était parti deuxième. Daniel Ricciardo prend en effet la troisième place alors que le quadruple champion du monde en titre a magnifié la fin de course en doublant Fernando Alonso – également auteur d’une remontée à peu près salvatrice pour Ferrari, de la 16e à la sixième place - au terme d’une formidable passe d’armes. Enfin, Jean-Eric Vergne prend le point de la 10e place alors que Romain Grosjean termine 12e.

Capture d’écran 2014-07-06 à 23

Capture d’écran 2014-07-06 à 23

Capture d’écran 2014-07-06 à 23