Comme chaque année s'est tenu à Novegro, dans la banlieue milanaise, le salon Slotlandia. Le cru 2012 ne restera pas forcément dans les annales côté nouveautés. La faute à la crise, encore et toujours.

"Ca vend moins, et ça se voit", les portes d'Hobby Model Expo se sont refermées hier sur une édition 2012 de Slotlandia qui n'a pas franchement rassuré sur la santé du marché du slot. Si les grandes marques italiennes semblent garder la tête hors de l'eau, côté espagnol en revanche la situation semble de plus en plus alarmante. Outre l'absence remarquée d'Avant Slot, des rumeurs peu encourageantes circulent au sujet de Ninco. SCX s'est de son côté assuré un sursis en changeant de mains, mais sans radicale réorientation stratégique, l'on voit mal comment une funeste issue pourra être évitée. Seul le groupe IBB, propriétaire des marques Scaleauto, MSC, Top Slot, DS Racing, et bien d'autres, semble surnager. Cela n'empêche pas de nouvelles marques de se lancer dans un bain qui s'annonce glacé.

539472_362590390490595_1722665916_nLe hall de Slotlandia et ses nombreuses pistes de démonstration.

Slot.it: ça ronronne
La marque de Reggio Emilia continue son bonhomme de chemin. Seule véritable nouveauté, la présence d'une nouvelle classique, la McLaren M8D, encore à l'état de prototype. Une autre classique serait dans les tuyaux mais l'information n'a pas été confirmée par Maurizio Ferrari, le patron de Slot.it. Pour le reste, le fabriquant italien s'est concentré sur la finalisation de chantiers lancés depuis longtemps, ce qui par les temps qui courent peut être considéré comme un signe de bonne santé économique. Les visiteurs ont ainsi pu découvrir les versions définitives de l'Audi R18 et de la Porsche 911 GT1 98, ainsi que de nombreuse redécorations: Lola Rebellion, Sauber-Mercedes C9 Présentation 1988 ou encore Ford GT40 Daytona 1966. Quant aux compétiteurs, ils ont pu s'affronter samedi dans une course Oxygen de trois heures par équipes. Technologiquement, le système a confirmé sa fiabilité. Sportivement, il faudra rapidement mettre en place un règlement digne de ce nom, sans quoi les courses tourneront à la foire d'empoigne.

Audi 1
Audi 23
L'Audi R18 dans ses version
s test et Le Mans 2011.

Porsche 2
Porsche
La commercialisation de la Porsche 911 GT1 98 a débuté.

McLaren
Une nouvelle classique Slot.it, la McLaren M8D.

FordLola 2Sauber 2La Ford GT40, la Lola LMP1 et la Sauber-Mercedes C9 se parent de nouveaux atours.

DSCN4540
Futé: un nouvel extracteur permet de retirer le pignon sans enlever le moteur du châssis.

DSCN4516
Les meilleurs sloteurs italiens s'étaient donnés rendez-vous pour l'endurance Oxygen.

Racer: le vent en poupe
C'est incontestablement la marque la plus dynamique du moment. Transcendé par son partenariat avec Slot.it, galvanisé par le succès de sa série Groupe 5, le constructeur transalpin fait feu de tout bois. La gamme résine voit ainsi l'arrivée de deux nouvelles Ferrari, une 250 GTO Breadvan et une 250 GTO 1964. Côté Sideways, c'est l'effervescence, puisque outre une nouvelle livrée de la Lancia Beta, Racer avait amené les prototypes de la Porsche 935 Moby Dick et de la Sauber-BMW M1. Et ce n'est pas tout, puisque la Nissan Skyline, la Ferrari 512BB, la Lancia Stratos et la Toyota Celica ont été rajoutées au programme. Et Racer d'apparaître en mesure d'imposer le Groupe 5 comme une catégorie incontournable du circuit routier, à l'image de ce que Slot.it a réussi à faire il y a quelques années avec le Groupe C puis les classiques.

DSCN4640
On ne l'attendait pas, elle était là: la Sauber-BMW M1 Sideways Racer.

Porsche 1
La Porsche Moby Dick devrait être commercialisée d'ici Noël.

DSCN4381
Quatre nouvelles voitures rejoignent le programme Sideways Groupe 5.

DSCN4380
La Lancia Beta victorieuse du DRM 1980 sera bientôt dans les bacs.

DSCN4329DSCN4367
Racer n'en oublie pas sa gamme résine, avec deux variantes de la Ferrari 250 GTO.

NSR: en mode furtif
C'est la grosse déception de Slotlandia. L'équipe de Salvatore Noviello n'avait amené aucun nouveau modèle à Milan. Tout au plus quelques redécorations de GT3, ainsi qu'une version à aileron de la Ford P68. Mais aucune trace de la Toyota TS030, que l'on avait pourtant entrevue à Nuremberg à l'état de prototype. Les gros changements intervenus à l'échelle un entre l'auto de présentation et celle qui a pris part au Mans ont semble-t-il perturbé les plans du constructeur italien. Reste que si le stand NSR a surtout brillé par sa pauvreté, il se murmure que cette apatie ne serait qu'un leurre pour endormir la concurrence. Les rumeurs font état en effet de l'arrivée prochaine d'une Lola T70 et d'une Aston Martin DBR9. Info ou intox? Côté pièces, NSR va manifestement tenter d'imposer un nouveau standard de diamètre d'axes de 2 millimètres, contre 2,37 auparavant. Finie la compatibilité des pièces de transmission entre NSR et Slot.it, donc...

DSCN4312DSCN4526DSCN4529
Un aileron et quelques nouvelles livrées, NSR s'est montré pour le moins discret.

DSCN4537
Salvatore Noviello est décidé à imposer la technologie 2 millimètres.

BRM: la fièvre 917K

On le sait, la marque du sympathique Pascal Baratella peine à imposer ses modèles au 1/24ème. Et pourtant, les visiteurs ont encore pu le constater ce week-end sur la piste de démonstration, ces autos sont non seulement sublimes esthétiquement, mais également très efficaces sur circuit. Six 917 de test ont ainsi limé le bois durant trois jours sans connaître de problèmes majeurs. Et ce n'est pas faute d'avoir été rudoyées! Les Porsche 962 et Renault Mégane Trophy ayant eu de la peine à trouver leur public, BRM a, avec la 917K, fait le choix d'un modèle mythique qui saura, espérons-le pour ce fabriquant attachant, séduire les habitués du 1/32. Aux côtés de la légendaire allemande trônaient de multiples versions d'une autre création récente de la marque, la McLaren F1 GTR. Si la version "Marlboro" est disponible à la vente, les autres livrées sont des exemplaires uniques réalisés à la main par Baratella himself. Gageons que si le succès est au rendez-vous, une production en série pourrait être envisagée. A noter également la présence de nombreuses décorations imaginaires sur base de Mégane Trophy. Là encore il s'agit de créations uniques.

DSCN4291
DSCN4583DSCN4584
Belle et efficace, la Porsche 917K porte tous les espoirs de BRM.

DSCN4290
Plus luxueuse, la McLaren F1 GTR, en résine, est limitée à 250 exemplaires.

DSCN4324
DSCN4578
Le boss de BRM avait réalisé plusieurs autres livrées sur cette base.

DSCN4348DSCN4580DSCN4581
La Mégane s'est revêtue de nombreuses livrées mythiques pour l'occasion.

IBB: encore-là
On l'a dit, le marché espagnol se porte au plus mal, et les constructeurs locaux souffrent énormément. Dans ce marasme, le dynamisme de IBB fait plaisir à voir. Que ce soit au 1/24 avec Scaleauto, ou au 1/32 avec Scaleauto encore, mais aussi Arrow Slot, Top Slot, Octane ou MSC, le groupe présentait de belles choses dans sa vitrine. Chez Scaleauto, l'on citera un prototype très avancé de la BMW Z4 GT3 au 1/32 et la version kit blanc définitive de la Honda HSV V10. A noter que cette dernière s'est illustrée durant la course monotype qui lui était réservée comme une redoutable arme sur la piste! Au 1/24, outre de nouvelles décorations de la Porsche 911 GT3 et de la Mercedes SLS GT3, l'Audi R8 LMS GT3 est dans les starting blocks, et d'ores et déjà disponible à la vente sous forme de kit non peint. Chez MSC, la Porsche 959 civile semble prête à la commercialisation.

DSCN4288
La BMW Z4 Scaleauto rejoindra bientôt la Mercedes SLS sur les étals des revendeurs.

DSCN4316DSCN4531

La Honda HSV V10 Scaleauto a enthousiasmé par son comportement incisif sur la piste.

DSCN4313
La Porsche 959 MSC et son châssis à transmission intégrale, un futur hit?

Les autres: entre résignation et utopie
Dans le contexte économique difficile, même les marques qui ont droit de citer dans les enseignes de grande distribution comme Scalextric se voient contraintes de faire le dos rond en attendant des jours meilleurs. Seule nouveauté dans la petite vitrine de la firme propriété de Hornby, les podracers du coffret Star Wars Battle of Endor. Face à la létargie du géant anglais, c'est plutôt du côté des petits artisans qu'il fallait chercher trace de vitalité. Ostorero avait ainsi amené, par le biais de son nouveau label Allslotcar, des prototypes définitifs de sa monoplace Formula GP. Habillé de livrées Lotus F1, McLaren-Mercedes ou Ferrari, ce châssis équipé des technologies de compétition les plus éprouvées a fort belle allure. Autre jolie bête, l'Aston Martin DBR9 de l'espagnol Black Arrow. La GT anglaise bénéficiera d'un châssis dont l'architecture à bras de guide indépendant s'inspire des mécaniques 1/24. Une démarche que l'on retrouve du côté du magasin Bona et de son châssis SR-One. Chez PRS en revanche, l'on a privilégié une architecture plus classique avec berceau Slot.it pour le nouveau châssis de compétition en métal de la marque.

DSCN4570
Les podracers du coffret Battle of Endor, seule nouveauté Scalextric.

DSCN4514
Black Arrow et sa DBR9 à châssis révolutionnaire sauront-ils convaincre?

DSCN4478
La Formula GP de Allslotcar, enfin une F1 performante au 1/32!

DSCN4349
Le châssis SR-One de Bona s'adapte sous la plupart des carrosseries au 1/32ème...

DSCN4412
... tout comme son nouveau concurrent de chez PRS.

Conclusion: on sait pas où on va...
... mais on y va fort! A l'instar de l'économie dans sa globalité, la branche du circuit routier vit des heures pénibles. Et nul ne semble avoir de recette pour relancer la machine. Tandis que les gros temporisent, lorsqu'ils en ont encore la possibilité et les moyens, les petits rivalisent de compétence et d'ingéniosité pour tenter d'appâter le chaland. Mais proposer un produit de qualité n'apparaît plus être une garantie de succès suffisante. Avant Slot, qui n'a plus donné signe de vie depuis Nuremberg, en est la triste illustration. Dans ce contexte apocalyptique, quel avenir donner à ces nouvelles marques comme Arrow Slot ou Black Arrow qui se lancent sur un marché dèjà saturé? Aucun, répondront la plupart des spécialistes de la branche. Et malheureusement, plus que de pessimisme, c'est de clairvoyance que l'on aurait tendance à taxer un tel jugement. En espérant se tromper...

-> retrouvez la totalité du reportage photo dont sont tirés les clichés illustrant cet article sur la page Facebook de FT Graphics.

Texte et photos: François Tardin